HIER À NYASSAN

(Yesterday in Nyassan)

de Catherine Hébert


Affiche Nyassan_8x11po.jpg

    27 minutes, Québec, Canada, 2016 / PAYS DE TOURNAGE : Burkina Faso

Nyassan, vallée du Sourou, Burkina Faso. Le gardien de la rizière attend les premiers rayons du soleil qui marqueront la fin de sa nuit de travail. Au jour levant, les étuveuses allument les feux et disparaissent sous les volutes de vapeur blanche crachées par les marmites en éruption. Des ombres glissent sur la route en direction du marché où les pyramides de riz se succèdent. Ousseinata doit elle aussi trouver preneur pour qu’il y ait un repas ce soir : quelques poignées de tô, au clair de lune.                                                                                                   HIER À NYASSAN est une observation attentive des gestes d’un quotidien rythmé par la culture du riz. Une journée s’y écoulera, patiemment. Dénué de propos politique, le film n’est toutefois pas sans évoquer la difficulté de vivre de la culture locale, à l’heure où le marché est submergé par les surplus venus de l’étranger. Quel avenir pour les paysans ? Quels lendemains ? 

Nyassan, Sourou Valley, Burkina Faso. The night watchman awaits the dawn, marking the end of his night shift guarding the rice fields. At daybreak, the dryers light the fires, and the frothing cauldrons shroud the workers in billows of white steam. Shadows stretch over the road, toward the market, where tall heaps of rice wait for buyers. Ousseinata must find a customer if she is to have dinner tonight: a few handfuls of tô, eaten by moonlight.                                                                   YESTERDAY IN NYASSAN is a patient observation of the actions that make up a day structured by rice farming. A day passes, slowly. Although it lacks an overt political stance, the film does convey the difficulty of living from local farming at a time when the market is drowning in cheap imports. What does the future hold for the farmers? What will tomorrow bring?


UNE PRODUCTION MANGO FILMS, HIER À NYASSAN SCÉNARIO CATHERINE HÉBERT IMAGEELRIC ROBICHON MONTAGE ELRIC ROBICHON CONCEPTION SONORE MÉLANIE GAUTHIER PRISE DE SON DAVID CHERNIAK PRODUCTEURS CATHERINE HÉBERT et ELRIC ROBICHON RÉALISATION CATHERINE HÉBERT             DISTRIBUTION LES FILMS DU 3 MARS


Catherine Hébert

BIOGRAPHIE

Catherine Hébert est une cinéaste de documentaires politiques et sociaux. Elle a beaucoup tourné en Afrique subsaharienne, s’intéressant aux conséquences de la guerre, à la violence faite aux femmes, mais aussi aux quêtes plus intimes qui tissent le quotidien. Ses films, notamment De l’autre côté du pays (2008) et Carnets d’un grand détour (2012) ont récolté des critiques élogieuses et ont été sélectionnés dans de nombreux festivals où ils ont été primés. 

FILMOGRAPHIE

Carnets d’un grand détour, 94 min, 2012;   De l’autre côté du pays, 84 min, 2008;                 Voici l’Homme, 89 min, 2005;   La longue route de Julienne, 23 min, 2008;   Le microcrédit en question, 23 min, 2008;   Le visage que j’avais, 26 min, 2006;   Des mangues pour Charlotte, 23 min, 2004;   Thé à l’ambassade, 47 min, 2003

BIOGRAPHY

Catherine Hébert is a maker of political and social documentary films. She has often filmed in Sub-Saharan Africa, taking an interest in the effects of war and violence against women, as well as exploring the intricate fabric of everyday life. Her films, particularly The other side of the country (2008) and Notes on a road less taken (2012), have earned critical acclaim and selections to numerous festivals, where they have won several awards.

FILMOGRAPHY

Notes On A Road Less Taken, 94 min, 2012;   The Other Side of the Country, 84 min, 2008;   He's the Man, 89 min, 2005;   Julienne's Long Road, 23 min, 2008;   Microcredit Brought Into Question, 23 min, 2008;   The Face I Once Had, 26 min, 2006;   Mangos for Charlotte, 23 min, 2004;   Tea at the Embassy, 47 min, 2003