L'OEUVRE DES JOURS

( The Work of Days )

un film de Bruno Baillargeon


                                                        Documentaire  |  105 minutes  |  Canada  2014

                                                       Documentaire  |  105 minutes  |  Canada  2014

Three artists – Louis-Pierre Bougie, François-Xavier Marange and Denis Saint-Pierre – have shared a studio for over thirty years when one of them is hit by cancer. Meanwhile, they all keep working, expressing their thoughts and feelings by craft, gesture, art, and poetry. A film about friendship and the people we love, about the shared heritage we leave behind and the things we take with us when we go. A film about life, but also about death and how we see life through it. A film about time and how it shapes us as we are.

A huis clos shot in the intimacy of the artists’ studio, the film spans two years, during which time we get to observe them as they go about their daily work. We never leave the studio, unless it is to make our way to another studio, an extension of their own. There, we find the nitric acid baths and presses used by Paule Mainguy, a long-time collaborator who trained under François-Xavier, to make the etchings. This marks our initiation to the art and gestures of copper etching, a centuries-old craft handed down from master to student in the secret space of the workshop. Here, the artist’s work is that of a craftsman whose gestures, repeated thousands of time over, seek to give shape to a work that, it is hoped, will transcend them. These daily, prosaic gestures aspire to capture an absolute and a beauty that it is impossible to describe in words. They are the expression of a quest for both the other and oneself, a quest that is perhaps found at the heart of all artists’ work.

SYNOPSIS                                                                                         

Trois artistes – Louis-Pierre Bougie, François-Xavier Marange et Denis Saint-Pierre – partagent atelier, art et amitié depuis plus de trente ans lorsque l'un d'eux est atteint d'une maladie grave. Tous trois néanmoins poursuivent leur travail, exprimant par gestes, métier, art et poésie les sentiments et les pensées qui les habitent. Un film sur l’amitié et ceux qu’on aime, sur l’héritage qu’on laisse en partage et ce qu’on emporte avec soi. Un film sur la vie, et aussi sur la mort – qui nous fait voir la vie. Un film sur le temps qui nous fait ce que nous sommes.

Le film est une sorte de huis clos intimiste tourné sur plus de deux ans qui nous donne à vivre le travail quotidien de ces trois artistes. Jamais on ne sortira de leur atelier, sinon occasionnellement pour se rendre à un autre atelier, prolongement du leur, où se trouvent les bacs d’acides utilisés pour l’eau-forte de même que les presses avec lesquelles Paule Mainguy, complice de longue date formée à l’imprimerie par François-Xavier, fait le tirage des gravures. Le film donne ainsi à voir la gravure sur cuivre : un art, des gestes et un métier plusieurs fois centenaires qu’on se transmet de maître à élève, au fil des années, dans le secret de l’atelier. Le travail d’artiste, ici, est d’abord celui de l’artisan, celui des gestes mille fois répétés qui précèdent et cherchent à donner corps à une œuvre qui, peut-être, saura les transcender. Des gestes quotidiens, prosaïques, qui jour après jour tentent de saisir un absolu et une beauté qu’on ne saurait nommer et qui expriment une quête qui est autant celle de l’autre qu’une quête de soi : une recherche qui est sans doute la finalité ultime du travail artistique.

 

                       Les vues du jardin et les Films du 3 mars présente                          L'OEUVRE DES JOURS

         Images, prise de son, recherche, scénario, réalisation et production           Bruno Baillargeon

                                                            Montage                                                             René Roberge

                                                 Montage son et mixage                                                 Clovis Gouaillier

                                                 Avec la participation de                                                                             François-Xavier Marange, Louis-Pierre Bougie,                                  Denis Saint-Pierre, Paule Mainguy


Festivals, prix et projections :

Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) 2014 : Compétition nationale – Prix du jury étudiant : Meilleur film.

Rendez-vous du cinéma québécois (RVCQ) 2015 : Sélection officielle.

Cinéma du Réel (Paris, France) 2015 : Compétition internationale.

Rencontre du cinéma de Gindou 2015

Semaine du cinéma de Lanaudière 2015


BrunoBaillargeon.jpg

MOT DU RÉALISATEUR                                                                                                          (english will follow)

Le fait que les protagonistes de ce film soient peintres et graveurs est quasi accessoire, à tel point qu’au départ je ne pensais filmer aucune de leurs œuvres finies. C’est plutôt le métier et le processus que j’ai voulu mettre en images. Non pas son produit, mais ce qui précède, les gestes, la recherche, les tâtonnements, les esquisses, les ratures, les remises en cause – et plus encore ce qui vient après, au fil des années, à force de métier, à force d’illusion, de désillusion, de connaissance de soi. Si au bout du compte le film montre quelques œuvres, c’est parce que celles qu’on y voit ont un lien étroit avec l’histoire qu’il raconte et parce qu’il y avait à la longue quelque chose de frustrant à ne jamais voir ce que ces trois gars-là bricolaient toute la journée. Mais j’irais presque jusqu’à dire que ça aurait été des miches de pain ou des chaussures que ça n’aurait rien changé à l’esprit du film. Je dis presque. Parce qu’à la vérité, j’aime beaucoup leur travail et je suis heureux qu’il soit vu.

BIOGRAPHIE

Bruno Baillargeon a exercé trente-six métiers, parfois simultanément, avec un égal bonheur et une égale curiosité: matelot, charpentier, ébéniste, soudeur, entrepreneur, scénariste, monteur, caméraman, enseignant, producteur. Titulaire d’un doctorat en littérature comparée, il se consacre plus particulièrement au cinéma, à l’écriture et à la réalisation de films de fiction et de documentaires, mais aussi d’interactifs, depuis plus de 20 ans.

FILMOGRAPHIE

Un jardin sous les lignes. Documentaire, couleur, 116’, 2009. Français, Anglais, Créole haïtien, Italien (Toscan, Campo bassano, Calabrais). Sous-titré français et anglais.

Hotel Bellavista. Fiction interactive, 160’, 2005. Français, STA.

Le Beau top. Fiction, couleur, 11’, 2002. Français.

Les Chercheurs d’or. Documentaire, couleur, 84’, 2002. Français, STA.

Le Prix de la Vie. Documentaire, couleur, 52’, 1999. Français, STA.

Les Galeries Wilderton. Fiction, couleur, 12’, 1991. Français.


DIRECTOR’S STATEMENT

The fact that the main characters of this film are painters and etchers is almost secondary; in fact, I initially didn’t intend to film any of their finished works. I was more interested in showing their craft and the process itself in images. Not so much the end product as everything that precedes it – the gestures, the research, the trial and error, the sketches, the erasures, the questioning. Even more importantly, I wanted to show everything that comes after, with the passing of years, with the accumulation of expertise, illusions, disillusions and self-knowledge. If the film ultimately does show some of the final works, it’s because they are closely linked to the story it tells and because there was, after a time, a certain frustration at never seeing the end result of all the daily efforts of these three artists. But I would almost venture to say that it could have been loaves of bread or pairs of shoes and it wouldn’t have altered the spirit of the film. I say “almost,” because to tell the truth, I love their work and I am happy that it gets to be seen.

BIOGRAPHY

Bruno Baillargeon has done all types of work, sometimes simultaneously, with the same happyness and curiosity : seaman, carpenter, cabinet maker, welder, building contractor, writer, editor, cameraman, teacher… Phd in Litterature, he mostly dedicate himself to cinema, writing, directing and producing fiction and documentary films, as well as interactive film, since more than twenty years.

FILMOGRAPHY

A Garden Under the Lines. Documentary, color, 116’, 2009. French, English, Haïtian Creole, Italian (Toscan, Campo bassano, Calabrese). French and English sutitles.

Hotel Bellavista. Interactive fiction, 160’, 2005. French with English subtitles.

Nice top. Fiction, color, 11’, 2002. French with English subtitles.

Les Chercheurs d’or. Documentary, color, 84’, 2002. French with English subtitles.

Le Prix de la Vie. Documentary, couleur, 52’, 1999. French with English subtitles.

Les Galeries Wilderton. Fiction, color, 12’, 1991. French with English subtitles.