CEUX QUI VIENDRONT, L'ENTENDRONT

(Those Who Come, Will Hear)

             un film de Simon Plouffe               

                                                                    Pour des demandes d’entrevues, lien Vimeo ou matériel visuel, veuillez contacter :                                                                   To request interviews, screeners or visual material, please contact:
Caroline Rompré | relationniste de presse / publicist | 514-778-9294 | caroline@pixellex.ca   


Quand une parole est offerte, elle ne meurt jamais.  Ceux qui viendront, l'entendront. [1]

When a word is offered it never dies. Those who come will hear. 

Menutakuaki aimun, apu nita nipumakak. Tshika petamuat nikan tshe takushiniht.

                                                                                                                                                                                              - Joséphine Bacon, poète innue

référence 3.1.png

SYNOPSIS

Ceux qui viendront, l'entendront propose une rencontre singulière avec des locuteurs de plusieurs langues autochtones et inuit du Québec. Le film part à la découverte de ces parlers méconnus à travers l'écoute du quotidien de ceux et celles qui les parlent encore aujourd'hui. Soutenu par un travail d’exploration et de création d’archives, le film permet de mieux saisir la musicalité de ces langues et dévoile l’importance culturelle et humaine de ces traditions orales millénaires en nourrissant une réflexion collective sur les conséquences de leur disparition.

Those Who Come, Will Hear proposes a unique meeting with the speakers of several indigenous and inuit languages of Quebec. The film starts with the discovery of these unsung tongues through listening to the daily life of those who still speak them today. Buttressed by an exploration and creation of archives,  the film allows us to better understand the musicality of these languages and reveals the cultural and human importance of these venerable oral traditions by nourishing a collective reflection on the consequences of their disappearance.

LES FILMS DE L'AUTRE et LES FILMS DU 3 MARS présentent CEUX QUI VIENDRONT, L'ENTENDRONT | images SIMON PLOUFFE, STÉPHANIE WEBER-BIRON et GABRIELE KISLAT | montage NATALIE LAMOUREUX | prise de son LYNNE TRÉPANIER, CYRIL BOURSEAUX, MÉLANIE GAUTHIER, SHIKUAN SHETUSH VOLLANT, SIMON PLOUFFE, SIMON LÉVEILLÉ | conception sonore SIMON PLOUFFE | mixage JEAN PAUL VIALARD | musique GERONIMO INUTIQ | produit par SIMON PLOUFFE | écrit et réalisé par SIMON PLOUFFE

77 minutes - 2017 - Québec, Canada




(english will follow)

MOT DU RÉALISATEUR

réalisateur_Simon_Plouffe_credit Babas Levrai.jpg

Les éléments distinctifs des cultures aux langues minoritaires sont fragilisés dans un monde où les grandes puissances mènent des politiques hégémoniques. On entend souvent parler de biodiversité, mais très rarement de diversité linguistique. La diversité des langues n’est pas une simple variété de sons et de signes, mais une pluralité de visions du monde, de façons de nommer le « réel ».

Selon l’UNESCO, une langue cesse d’être parlée dans le monde tous les quinze jours. C’est non seulement une langue, mais également une identité qui est grandement compromise par ce phénomène inquiétant.[1]

Le Canada et le Québec n’échappent pas à cette réalité de l’érosion des langues, car l’ensemble des idiomes autochtones encore parlés au pays est menacé à différents niveaux. Par le passé, elles ont subi de grandes pertes causées principalement par la colonisation et le système de pensionnat qui interdisaient aux Premières Nations, aux Inuit[2] et aux Métis de parler leurs langues                                                                                                                                          maternelles et de vivre selon leurs cultures. Le recul de ces langues se poursuit de génération en génération encore aujourd’hui.

Malgré ces faits, certaines langues autochtones au pays se portent bien et ont d’excellentes chances de survie.[3] Le décentrement et la mobilité sont des mots-clés pour comprendre ces sociétés dont la résilience n’est plus à démontrer.

Il y a tout un bagage qui date de plusieurs millénaires que l’on doit considérer dans ces langues ancestrales. Elles ne servent pas uniquement à communiquer, mais bien à exprimer l’héritage culturel qu’elle représente. Pour les cultures de tradition orale, comme c’est le cas des langues autochtones, l’ensemble du savoir se conserve dans la mémoire plutôt que dans l’écriture.

Ceux qui viendront, l’entendront propose, dans une démarche exploratoire, une illustration de l’expérience que vivent des locuteurs évoluant dans une situation linguistique fortement fragilisée. En faisant appel à la poésie de ces langues et à la découverte de ce jardin sonore, ce film appelle à méditer sur les enjeux reliés aux langues en situation minoritaires.

référence #1.2.png

BIOGRAPHIE

Originaire de Rouyn-Noranda, Simon Plouffe vit et travaille à Montréal. Ses expériences de travail comme preneur de son l'amènent à explorer des univers sonores tant au niveau de l’expérimentation que de la conception. Son premier documentaire L’or des autres (2011) a été présenté dans une quinzaine de festivals internationaux (RIDM, Dok.Fest, Guadalajara, Big Sky) et s’est fait décerner le Merit Award for Advocacy au Montana CINE Int. Film Festival, une mention honorable pour Excellent Storytelling au WIFF, le prix Silver Lei au Honolulu Film Awards à Hawaï et une nomination pour Meilleur documentaire société au prix Gémeaux. Son deuxième long métrage documentaire Ceux qui viendront, l'entendront (2017) à reçu le Prix du Jury à la 56e édition du Festival de Ann Arbor en 2018. Il développe actuellement un documentaire sur la cécité causée par des conflits armés.

FILMOGRAPHIE

-L'or des autres, 2011, 60 mins                                                                                                                                                                                                                            -Ceux qui viendront, l'entendront, 2017, 77 mins


A WORD FROM THE DIRECTOR

The distinctive elements of cultures with minority languages are weakened in a world where the great powers conduct hegemonic policies. We often hear about biodiversity, but very rarely about linguistic diversity. The diversity of languages is not simply a variety of sounds and signs, but a plurality of worldviews, ways to name "reality."

According to UNESCO, a language ceases to be spoken in the world every fifteen days. This is not only a language but also an identity that is greatly compromised by this disturbing phenomenon.[1]

Canada and Quebec are not immune to the reality of eroding languages as all Indigenous idioms still spoken in this country are constantly threatened at various levels. In the past, they suffered great losses caused mainly by colonization and the residential school system that prevented First Nations, Inuit and Métis to speak their native languages and live within their cultures. The decline of these languages continues from generation to generation even today.

Despite these overwhelming facts, some Indigenous languages are doing well in the country and have excellent chances of passing through the ages.[2] Decentralization and mobility are key words to understand these societies whose resilience is well established.

There is a whole history dating back several millennia that must be taken into account when considering these ancestral languages in an era of modernity. They are not merely used to communicate, but to express the entire cultural heritage which they represent. For cultures issuing from oral traditions, as is the case with Indigenous languages, all knowledge is preserved in memory rather than in writing.

Using an exploratory approach, Those Who Come, Will Hear proposes a portrait of the lived experience of select speakers who continue evolving within an increasingly weakening linguistic situation. By calling upon the poetry of these languages and the discovery of this sound garden – this film calls to meditate on issues related to endangered languages.

références #2_FR.png

BIOGRAPHY

Hailing from Rouyn-Noranda, Simon Plouffe lives and works in Montreal, Quebec. His experience as a sound mixer leads him to explore sonic universes both within experimentation and design. His first documentary Others’ Gold (2011), has been shown in fifteen international festivals (RIDM, Dok.Fest, Guadalajara, Big Sky) and has received a Merit Award for Advocacy at Montana CINE Int. Film Fest, an honorable mention for Excellent Storytelling at the WIFF, and the Silver Lei Award at the Honolulu Film Awards. His second feature-length documentary Those Who Come, Will Hear (2017), has won the Jury Award at the 56th edition of Ann Arbor Film Festival in 2018. He is currently developing a documentary on blindness caused by armed conflicts.

Others’ Gold, 2011, 60 mins                                                                                                                                                                                                                               - Those Who Come, Will Hear, 2017, 77 mins